Présidentielle 2015: Que valent nos candidats sur internet ? (Classement)

0
414

Les choses ont bien changé depuis  que le blogueur Alimou  Sow a publié le premier classement des 10 hommes politiques guinéens les plus 2.0, il y a trois ans. La 3G et la Chine aidant, beaucoup de guinées ont troqués leur téléphone « Bambeto-Cosa » contre des smartphones connectés derniers cris made in China. Plus besoin de payer au moins 5.000 FG dans un cyber et passer une demie heure à galérer  avec une connexion aussi lente qu’une tortue. Désormais, 2.000 FG suffisent pour publier une photo sur Facebook, passer plusieurs minutes  sur viber et glaner quelques infos sur les sites guinéens.

Des chiffres crédibles manquent cruellement pour montrer « cette prise d’assaut d’internet » par les guinéens. Le 11 septembre dernier, à l’occasion du lancement de sa campagne, le président Alpha Condé a laissé entendre que durant son quinquennat le nombre de guinéens ayant accès à internet est passé de 30.000 à 2.000.000.

Même si pour moi, il est claire que ce chiffre de 2.000.000 d’internautes guinéens est surestimé (il a intérêt à le faire, campagne électorale oblige), j’ai qu’à même assisté ces derniers temps à l’arrivée des plus favorisés de  mes  cousins du village, jadis exclus du monde moderne,  sur les réseaux sociaux.

Conséquence de cette évolution, tous les partis politiques « qui se respectent », comme ceux des seuls guinéens capables de payer 800 millions de FG pour avoir chacun leur photo sur le bulletin de vote, ont investi la toile. Les réseaux sociaux pour être précis.

On connait leur logique « présence partout il y a des électeurs  potentiels». Et Dieu seul sait qu’il y en a maintenant  sur internet.  Nous assistons ainsi, à un semblant de campagne électorale sur principalement Facebook. Pour la première fois de mon histoire, je peux bouder l’insipide journal de Campagne de la RTG, zapper le visage de Saidou Diallo et autre Fana Soumah et malgré cela, avoir en temps réel les images des meetings et autres déclarations de tous les candidats « qui se respectent ». Que Marc Zuckerberg et Ablogui (Association des Blogueurs Guinéens) à travers Guineevote.com en soient remerciés!

J’ai explosé la toile pour évaluer le poids de chacun nos candidats. Il en a découlé un classement qui se base sur le nombre de « fans » sur Facebook et Twitter, le niveau d’activité de ces comptes et du site du candidat ou de son parti. Le résultat est édifiant.

Honneur aux derniers de la classe, commençons par eux !

#8-Papa Koly Kourouma : Parmi les 8 candidats à la présidentielle, il fait office de dernier de la classe. Sa seule petite trace de lui sur Twitter est un compte qui visiblement ne fonctionne pas. Google non plus ne se souvient du site d’un parti qui s’appelle GRUP (Générations pour la Réconciliation, l’Union et la Prospérité).

Pour retrouver  l’ancien élève du lycée Amilcar Cabral de Mamou, il faut aller sur Facebook. Là, deux pages répondent à son nom. La première avec plus de 600 « likes » n’a fait aucune publication depuis sa création. La seconde avec la moitié des «  likes » de la première est un plus « active ». Apparemment, Ce n’est pas le top !

#7-Marie Madéleine Dioubaté: Seule femme candidate, elle  dispose de deux pages Facebook. Environs 700 « likes » pour la première et près de 500 « likes » pour la seconde.

Capture de la page Facebook de la candidate écologiste
Capture de la page Facebook de la candidate écologiste

La moins populaire est «plus active». La candidate écologiste y partage des articles de presse sur elle, des vidéos publiées sur sa chaine Youtube et des photos. En revanche, aucune trace d’elle ou de son parti sur Twitter. Pas non plus de site internet.

#6-Georges Gandhi Tounkara: Son compte Twitter qui ne compte que 22 Followers ne semble pas être son grand souci. Aucun Tweet depuis sa création. Sur Facebook, plusieurs pages et compte perso à son nom se chevauchent.

Une page avec plus de 2400 « likes » sort du lot et semble être celle destinée à sa campagne. Les publications son récentes mais semble être en retard par rapport à son actualité. Pour avoir les dernières nouvelles de sa campagne, il faut ajouter le compte de sa cellule de Com. Pas trop pro! Le parti de l’ancien gouverneur du Lion Club dispose d’un site   dont le contenu est vide. Seules des photos y sont publiées.

#5-Faya Millimouno: classé 3ème homme politiques guinéens le plus « net » en 2012 par Alimou Sow, l’opposant  à Alpha Condé s’est laissé  surpassé par ses concurrents (Alpha Condé en tête). Il n’a pas beaucoup évolué côté « net » ces derniers temps. Sans doute trop occupé à tirer à boulets rouges sur le régime guinéen sur les radios. Son compte Twitter est à l’abandon depuis juin 2014.

 

Sur Facebook, Il dispose de deux comptes perso qui ont atteint le nombre limite d’amis et d’une page de près de 3800 fans sur laquelle il partage son programme de société et les photos de ses activités. Le Bloc Libéral, son parti, a un site internet pas du tout actif (www.leblocliberal.org) . Aucun article ou image qui concerne cette campagne électorale. #4-Sidya Touré: Il fait partie des hommes politiques qui ont compris l’importance d’être présent sur internet. Difficile pour un internaute guinéen de ne pas le voir. Son visage est sur la plupart des sites d’information guinéens. Sa communication n’a pas lésiné sur les moyens pour s’offrir des espaces publicitaires sur la «toile guinéene ».

Le site de son parti est l’un des sites de partis politiques les plus actifs et dynamiques. Mais sur Facebook, il y a une floraison de pages qui répondent à son nom. La plus populaire peine à dépasser  les 21.500 « likes ». Même situation sur Twitter. Son seul compte actif a un peu plus de 250 « followers ».

#3-Lansana Kouyaté: Sa page Facebook est active et compte plus de 105.000 fans. C’est largement supérieur aux près de 96.000 internautes que comptait la Guinée en 2012. @LansanaKo est suivi par 430 personnes.

Capture du site internet du PEDN
Capture du site internet du PEDN

Le site de son parti n’est pas en phase avec l’actualité du candidat. Ou alors que l’administration du site considère que le meeting de lancement de la campagne du parti, qui a eu lieu, il y a quelques jours, n’est pas important.

#2-Alpha Condé: La percée de celui qui affirmait, il y a quelques mois, ne pas écouter la radio et ne pas aller sur internet, n’est digne que de «président fondateur» du Gondwana. De moins de 500 fans sur Facebook et Twitter réuni en 2012, il passe à près de 120.000 fans sur sa principale page. Ses fans peuvent se targuer d’être les fans les plus chouchoutés de Guinée. Le président ne rate pas une occasion (création d’un compte twitter, dépassement du capte des 100.000 fans…) pour enregistrer des vidéos pour eux. Il prend même le temps de répondre parfois à des questions.

A l’occasion de la campagne, il a lancé une nouvelle page  (plus de 16.000 « likes » déjà) plus active, qui donne les dernières informations sur sa campagne. Sur Twitter, son « compte officiel » (rien ne le prouve) est suivi par 1.200 personnes.  Celui destiné à sa campagne n’a pas encore pris son envol.

Capture d'écran du site VoteAlpha2015, exclusivement dédié à la campagne du Président Candidat
Capture d’écran du site VoteAlpha2015, exclusivement dédié à la campagne du Président Candidat

Son site internet est aussi régulièrement fourni en articles, vidéos et photos. Un réel miracle pour quelqu’un qui ne va jamais sur internet.

#1-Cellou Dalein Diallo: Il continue d’être l’homme politique guinéen le plus « populaire » sur les réseaux sociaux. Avec plus de 2.500 abonnés, son oiseau bleu (twitter) vole plus haut que ceux de tous les autres réunis. Celui de son parti, encore plus actif, vole à plus de 3.400 mètres (followers) de la terre.

Sur Facebook, le nombre de « likes » (près de 150.000) que recueille sa page, dépasse celui recueilli par celle de Macky Sall, président d’un pays qui compte plus de 2 millions d’internautes. Ce n’est pas rien!

Capture d'écran de la page Facebook de Cellou Dalein Diallo
Capture d’écran de la page Facebook de Cellou Dalein Diallo

Pour le site de son parti, Cellou Dalein Diallo peut compter sur une équipe expérimentée et qui maitrise visiblement bien les réseaux sociaux. Seul bémol, comme toutes les autres personnalités politiques guinéennes, ses pages officielles (Twitter et Facebook) ne sont pas authentifiées. Ce qui donne une chance à certaines personnes de faire le malin.

Remarque : La grande disparité entre le nombre de fan sur les pages Facebook de nos candidats et leurs comptes twitter traduit un désamour ou plutôt une méconnaissance de Twitter par les internautes  guinéens. Presque tous préfèrent le réseau créé par Marc Zuckerberg.

Ce classement est une « photographie » d’un instant précis. Et comme toute réalité, Il peut rapidement changer.

Billet initialement publié sur la plateforme La Voix Des Jeunes de l’UNICEF.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here