Présidentielle 2015 : « Le niveau d’organisation est assez satisfaisant »

0
32

Le porte-parole officiel de la CENI, Me Amadou Salif Kébé, a animé son premier point de presse le 05 août à Kindia. C’était en marge du séminaire d’information et de formation des journalistes sur le processus électoral.

Me Amadou Salif Kébé a fait le point de l’évolution des préparatifs de l’élection présidentielle d’octobre prochain. Il a indiqué que la CENI est très avancée dans les opérations électorales. Environ 80 à 85 % des opérations prévues. Me Kébé a également profité de l’occasion pour rappeler les raisons qui ont poussé son institution a désigné un porte-parole officiel. Il s’agit d’améliorer le niveau de communication et donner l’information au public et à l’ensemble des partenaires de la CENI. Il est le contact par lequel les médias passeront pour avoir toute information sur le processus électoral.

Sur les étapes réalisées, le porte-parole de la CENI affirme que plusieurs étapes ont été franchies. « Conformément aux textes qui régissent la CENI, aujourd’hui nous avons fait la révision exceptionnelle des listes électorales. Les données ont été remontées. Il faut dire qu’on a essayé d’innover cette fois-ci pour éviter la déperdition des données que nous avons connues pendant les  révisions antérieures des listes électorales. Nous avons voulu avoir suffisamment de garanties pour la remontée des données. Nous avons des serveurs dans un site qu’on appelle site central et on a sauvegardé toutes les données numériques dans un autre site qu’on appelle le site backup…», a t-il souligné.

Parlant de la remontée des kits, il a précisé que tous les kits de révision sont arrivés à Conakry, le travail de recueillement des données est achevé. De même, le système AFIS ou le dédoublonnage est presque fini. « L’impression des listes électorales provisoires est en cours… Le début de l’affichage est programmé pour le 8 août et durera 15 jours. Cette opération permet d’apporter les corrections sur les listes électorales », a-t-il soutenu. Il poursuit que c’est pendant cette période, il y aura l’ouverture du contentieux sur l’affichage. « Lorsqu’un citoyen constatera qu’une personne figure sur la liste électorale alors qu’elle ne devrait pas être là, il peut dénoncer à la commission et aussi saisir le juge pour demander la radiation de cette personne-là », ajoute-t-il. Après la correction des données, il restera à la CENI la production des cartes électorales, la distribution et la tenue du scrutin.

Sur le financement de l’élection présidentielle, le porte-parole de la CENI rappelle que les partenaires assistent traditionnellement son institution. « Beaucoup de nos partenaires se sont annoncés, mais aujourd’hui ce que nous devons donner comme précision, c’est qu’il n’est plus question pour un partenaire de donner un chèque à la CENI. Tous les partenaires qui se sont annoncés ont indiqué les institutions ou les organes qui sont chargés d’exercer leur mandat. Donc, les fonds annoncés quels qu’ils soient ne parviennent pas sur le compte de la CENI ».

Il ajoute: « Tous les fabricants d’isoloirs qui veulent soumissionner pour la Guinée vont faire la demande et il y a un tri qui est fait par la structure de gestion des fonds alloués et la CENI. Quand un fabricant est retenu, c’est ce dernier qui va fournir les isoloirs et la structure de gestion des fonds paie directement au fabricant ».

Il a conclu que le niveau d’organisation est assez satisfaisant. « Nous n’avons pas connu de retarder comme par le passé ».

Lire sur le site de la CENI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here