Non-reconnaissance des résultats du scrutin : Quel préjudice pour le vainqueur et le vaincu ?

0
188

Contrairement à 2010, le candidat de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo, n’entend pas reconnaître les résultats du scrutin présidentiel du 11 octobre. Question de bon sens : quel serait l’impact pour le vainqueur et le vaincu ? Pour y répondre, votre quotidien électronique Guinéenews a contacté le parti concerné, des ministres et des voix indépendantes.

Interrogé, Aliou Condé, secrétaire général de l’UFDG, a, par exemple, sa réponse toute faite. « Le fait de rejeter les résultats des élections n’empêchera pas le président élu de gouverner mais seulement l’histoire retiendra qu’une frange de la population n’est pas d’accord. Cela pourrait effriter un peu la crédibilité du nouvel élu ».

Poursuivant, l’ancien ministre pense que cette décision donnerait plus de liberté et de mouvement à l’UFDG. « Vu l’ampleur de la fraude, les langues vont se délier. En ce moment, on pourra dénoncer le scrutin, tant qu’on voudra. Alors qu’en introduisant un recours, en cas de l’arrêt de la cour Constitutionnelle, on ne pourrait plus en parler ».

Cet avis est partagé par d’autres cadres de l’UFDG, qui vont loin dans leur analyse. « En refusant de reconnaître la défaite, c’est un mauvais signal pour le pouvoir parce que les partenaires noteront que tel a gagné le scrutin, mais que tel autre n’a pas reconnu ».

Lire la suite de l’article sur Guineenews.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here