‘’ Il faut la plénière de la CENI pour qu’il y ait radiation. ‘’ Dixit El hadj Lamine Sangaré président la CEPI de Labé.

0
159

Les opérations d’affichage pour la correction des listes électorales provisoires ont débuté depuis le 10 aout 2015 sur l’ensemble du territoire national. Dans la préfecture de Labé, c’est ce jeudi que phase a été entamée par la commission électorale préfectorale indépendante (CEPI).

Selon El hadj Lamine Sangaré, président de cette institution ce processus va s’étendre pendant quinze jours.

« Depuis que nous avons été installés, nous avons commencé les activités par rapport aux élections programmées, c’est-à-dire la présidentielle. La première phase a été l’enrôlement, donc la révision des listes électorales. Ce qui a été fait pendant quarante-cinq jours. Maintenant là, c’est l’affichage et la correction de ces listes provisoires établies. C’est pendant quinze jours prévus par la loi, c’est du 10 au 24 août. Il faut vérifier pour voir s’il n’y a pas d’imperfection dans l’enrôlement. C’est pour cela que chaque citoyen enrôlé doit venir voir, s’il a été enrôlé comme il le souhaite. Si ce n’est pas le cas, il fait ses remarques et revendications, il y a des fiches établies à ce sujet, elles sont avec les membres des CARLES, ils annotent, on remonte, ils rectifient.»

Contrairement aux dires de certains politiques guinéens, El hadj Lamine Sangaré martèle que parler de radiation dans une liste électorale, est un acte un laborieux.
« La radiation est un problème un peu complexe parce que c’est un droit de figurer sur la liste électorale et, quand on veut t’enlever ce droit-là, même si tu es mort, il faut l’approbation des siens. Par exemple, une personne qui est décédée qui figure sur la liste électorale ça vient une fois, deux fois… on ne peut pas nous-même demander. C’est sa famille et pas n’importe comment ! »
Pour clore, il explique la procédure devant permettre à un citoyen d’être radié dans le fichier électoral : « Celui qui est mandaté par sa famille vient non seulement avec sa carte d’identité propre ; mais aussi avec la carte électorale du défunt. Nous rassemblons les pièces (…) et à la CENI c’est en plénière qu’on expose tous les cas proposés pour être radiés. C’est en profane que nous disons ici, c’est la radiation ! C’est la radiation, sinon on dit que ce sont des personnes à radier. Il faut la plénière  de la CENI pour qu’il y ait radiation.»

Le premier tour de la présidentielle guinéenne est prévu le dimanche 11 octobre prochain. Suite au décret du président de la République, le Pr. Alpha Condé confirmant cette date, le président de la Cour constitutionnelle Kelefa Sall a fixé la date pour le dépôt de candidatures du 12 août au 1 er septembre 2015 et les médecins chargés de vérifier la santé physique et mentale des futurs candidats ont prêté serment il y a quelques jours.
Au même moment, les partis guinéens d’opposition appellent leurs militants à une manifestation dans la capitale Conakry pour exiger des élections libres et transparentes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here